Patrimoine

Du patrimoine local jusqu’aux sites les plus marquants, les traces et héritages de l’histoire sont nombreux et traduisent l’engagement collectif des collectivités de Terres de Montaigu et de la population pour leur préservation.

Site Saint-Sauveur

Patrimoine
Une expérience surprenant où la Chapelle nous révèle un patrimoine et un savoir-faire exceptionnel de broderie, et la Maison nous sensibilise à l'univers des arts visuels d'aujourd'hui. L'occasion de...

La Maison de la Rivière

Nature
Imaginez une rivière et son moulin à eau, entourés de 10 hectares de pleine nature… Cette année à la Maison de la Rivière :Exposition de street art : "Sauvage"...

Montaigu, 1 000 ans d’histoire

Ancienne cité née au tout début du Moyen-Âge, Montaigu dispose d’un patrimoine ancien qui témoigne d’une histoire riche et mouvementée !

La grande histoire d’une petite ville

Après les invasions barbares au IXème siècle, les habitants se sont réfugiés sur un site plus facilement défendable, un mons acutus, c’est-à-dire un mont acéré.

Au Moyen-Âge

Les fortifications défensives du château de Montaigu se sont transformées du bois à la pierre.

Parallèlement, la ville s’est étendue à proximité immédiate des défenses du château. L’urbanisme concentré de la vieille ville avec ses rues étroites et ses ruelles irrégulières s’est formé progressivement.

Fin du XVème siècle

Le roi Louis XI craignant les forces bretonnes au nord et un débarquement anglais au sud, incita son cousin et seigneur de Montaigu, Louis de Belleville, à fortifier la ville. Devant la situation géographique stratégique entre le nord et le sud, et les menaces extérieures grandissantes, Montaigu devient ville royale. Sur ordre du roi, de massifs travaux de fortifications défensives furent déployés : restauration des remparts du château, construction d’une digue monumentale en pierre …

Pendant la Révolution

La ville fut un foyer des idées révolutionnaires dans une région fortement royaliste et catholique. Plusieurs montacutains célèbres se sont distingués à cette époque.

Au XIXème siècle

Ce fut une période charnière du développement industriel de la ville qui est aujourd’hui un pôle économique majeur de la Vendée.

Aujourd’hui

L’Histoire se découvre grâce à :

  • Le parcours du patrimoine : une quarantaine des bornes et panneaux retracent 1000 ans d’Histoire. Plan disponible à l’Office de Tourisme.
  • Le jeu de piste en famille « Enquête autour de la Digue » : quelqu’un à volé le trésor de Montaigu, saurez-vous retrouver le coupable ? Jeu en vente à l’Office de Tourisme (un enfant 6€ ; enfant supplémentaire 1€50).

 


Le Logis de la Chabotterie

Voyagez dans le temps et plongez au cœur de la Guerre de Vendée ! Retrouvez l’atmosphère d’un logis du XVIIIème siècle, à travers la visite du domaine, du parcours spectacle retraçant le soulèvement vendéen et du jardin clos.

Haut-lieu de la guerre de Vendée, le logis de la Chabotterie fut le cadre de l’arrestation du général vendéen Charette le 23 mars 1796. Un espace scénographique « Charette et la Guerre de Vendée » complète la visite.

Nouveauté 2019

Escape Game « Charette et le trésor oublié » : une heure, une mission, une équipe : saurez-vous trouver le trésor et ressortir libre du Logis ? A vous de jouer !

 

Contact :

La Chabotterie – Saint-Sulpice-le-Verdon
85 260 Montréverd
Tél : 02 51 42 81 00
Site internet

 


Le Moulin à Foulon

Voir renaître un témoin du passé industriel vendéen

Dans le moulin à foulon de Gaumier, à Cugand, l’eau coule à nouveau, animant les puissants pilons de chêne qui martèlent les draps …

Au nord de la Vendée, sur la rive gauche de la Sèvre Nantaise, le site de Gaumier était dans les années 1990 dans un état d’abandon inquiétant. Toitures écroulées, murs éventrés, machinerie en partie pillée : le moulin et la teinturerie paraissaient vivre leurs dernières heures.

C’est en juillet 1998 que le Conseil Départemental de la Vendée décide de racheter bâtiments et terrains pour les restaurer et les valoriser.

Un moulin dans la rivière

L’installation d’un ouvrage hydraulique est intimement liée à la nature de son environnement. Le moulin de Gaumier doit réussir à dompter la Sèvre Nantaise s’il veut perdurer. Les connaissances hydrauliques sont ici indispensables. Bâtiments bas à la silhouette trapue, le moulin de Gaumier s’avance sur la Sèvre ; il est installé sur une île.

Dès le XVIIIe siècle, il existe deux types de moulin à foulon, le moulin à façon de Hollande dont les maillets tombent verticalement dans la pile, et le moulin à foulon traditionnel ou moulin de France, comme celui de Gaumier. Ce dernier se compose d’un arbre à cames qui, entraîné par une roue motrice au diamètre modeste, laisse retomber alternativement les deux mails contre la pile où sont déposés les draps.

Aujourd’hui

Agrémenté de panneaux et de bornes explicatives, le moulin nous livre son histoire relatant l’époque où ses pilons rythmaient la vie quotidienne.

Entrée libre. Temps de visite : 45 minutes.

 


La Sénardière

Situé à Boufféré, commune déléguée de Montaigu-Vendée. Les douves de 8 mètres de large, agrémentées de jardins Renaissance récemment restaurés forment les vestiges d’un ancien château du début du XIVème siècle. Le manoir est démoli depuis longtemps et un petit bois s’élève à son emplacement. En face et sur une vaste cour s’étendent des deux côtés les servitudes et bâtiments d’exploitation. Il possède deux atouts supplémentaires : le porche et la chapelle ancienne.


Le patrimoine religieux

Comme nombre de territoires du grand ouest, Terres de Montaigu a connu un regain du catholicisme au XIXème siècle, visible dans les églises remarquables du territoire.

L’église Sainte-Radégonde et son trésor – La Bruffière

D’inspiration romano-byzantine, l’église Sainte Radegonde de La Bruffière (construite en 1889-1890) est protégée au titre des Monuments Historiques depuis 2007. L’église dégage une impression de grande puissance, tant par l’association des volumes et des espaces, que par l’unité de sa composition géométrique. Le style roman domine la façade de l’édifice avec ses ouvertures plein cintre et une succession d’arcades. L’intérieur de l’édifice rappelle le style romano-byzantin par le choix des matériaux et sa composition. Le marbre et la mosaïque composent plusieurs décors. Ce riche décor tranche avec la sobriété des volumes extérieurs. Le trésor d’église, installé depuis 2010 dans un coffre illuminé, regroupe des objets et ornements précieux. Certains sont classés à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

L’église et le tableau de Saint-Grégoire – Montaigu-Vendée (Saint-Hilaire-de-Loulay)

La Révolution provoquant la ruine des églises, le début du XIXème siècle se trouve face à ce vaste chantier consistant à restaurer les lieux de culte. Cette église, une des plus caractéristique de l’époque, s’inscrit dans le courant néo-classique qui s’installe alors en Vendée avec la création de la Roche-sur-Yon en 1804. L’esprit est celui d’une basilique à l’antique, avec trois nefs séparées de massives colonnes à chapiteau dorique. A l’intérieur, on y découvre l’unique reproduction au monde du tableau « Le saint Grégoire » dont l’original, réalisé en 1630, se trouve au Vatican.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×